Ouvertures en français

Meilleures ventes

Promotions

Déjà vus

Nos magasins

Nos magasins

La maison des échecs. Spécialiste en jeux de stratégie depuis 1981

YERMOLINSKY - La Sicilienne Classique expliquée

0_1_2_3_11_5464

New product

Version française du bouquin Gambit présenté voici quelques mois. On risque donc de se répéter un peu... Rappelons donc (car cette terminologie n'est pas familière à tous) que la Sicilienne classique, c'est la ligne 2...d6, 5...Cc6 (ou l'inverse) de la Sicilienne ouverte - ligne qui mène usuellement à la Richter-Rauzer ou à la Sozin selon le choix des blancs (6.Fg5 ou 6.Fc4). Contrairement à beaucoup de livres d'ouvertures, celui-ci ne vous donnera pas mal à la tête : 25 parties complètes - pas une de plus - et des commentaires conçus pour présenter les idées générales et les plans d'ensemble. A ce propos, en faisant la critique de la version anglaise, j'avais évidemment fait remarquer que les amateurs retrouveraient avec plaisir (quelques années après l'inoubliable Road to Chess Improvement) le style et la faconde d'Alex Yermolinsky - seulement voilà, on attend toujours la traduction du susmentionné, ce qui signifie que ce qui était retrouvailles pour les anglophones sera découverte pour le public francophone, découverte un peu gâchée hélas par une traduction nettement inférieure à ce à quoi Olibris nous avait habitué. Bon, ne boudons tout de même pas trop notre légitime plaisir : ce n'est pas tous les jours que l'on voit sortir une nouvelle monographie d'ouvertures en français...

Plus de détails

20,00 € TTC

En savoir plus

Version française du bouquin Gambit présenté voici quelques mois. On risque donc de se répéter un peu... Rappelons donc (car cette terminologie n'est pas familière à tous) que la Sicilienne classique, c'est la ligne 2...d6, 5...Cc6 (ou l'inverse) de la Sicilienne ouverte - ligne qui mène usuellement à la Richter-Rauzer ou à la Sozin selon le choix des blancs (6.Fg5 ou 6.Fc4). Contrairement à beaucoup de livres d'ouvertures, celui-ci ne vous donnera pas mal à la tête : 25 parties complètes - pas une de plus - et des commentaires conçus pour présenter les idées générales et les plans d'ensemble. A ce propos, en faisant la critique de la version anglaise, j'avais évidemment fait remarquer que les amateurs retrouveraient avec plaisir (quelques années après l'inoubliable Road to Chess Improvement) le style et la faconde d'Alex Yermolinsky - seulement voilà, on attend toujours la traduction du susmentionné, ce qui signifie que ce qui était retrouvailles pour les anglophones sera découverte pour le public francophone, découverte un peu gâchée hélas par une traduction nettement inférieure à ce à quoi Olibris nous avait habitué. Bon, ne boudons tout de même pas trop notre légitime plaisir : ce n'est pas tous les jours que l'on voit sortir une nouvelle monographie d'ouvertures en français...

Avis

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donnez votre avis

YERMOLINSKY - La Sicilienne Classique expliquée

YERMOLINSKY - La Sicilienne Classique expliquée

Version française du bouquin Gambit présenté voici quelques mois. On risque donc de se répéter un peu... Rappelons donc (car cette terminologie n'est pas familière à tous) que la Sicilienne classique, c'est la ligne 2...d6, 5...Cc6 (ou l'inverse) de la Sicilienne ouverte - ligne qui mène usuellement à la Richter-Rauzer ou à la Sozin selon le choix des blancs (6.Fg5 ou 6.Fc4). Contrairement à beaucoup de livres d'ouvertures, celui-ci ne vous donnera pas mal à la tête : 25 parties complètes - pas une de plus - et des commentaires conçus pour présenter les idées générales et les plans d'ensemble. A ce propos, en faisant la critique de la version anglaise, j'avais évidemment fait remarquer que les amateurs retrouveraient avec plaisir (quelques années après l'inoubliable Road to Chess Improvement) le style et la faconde d'Alex Yermolinsky - seulement voilà, on attend toujours la traduction du susmentionné, ce qui signifie que ce qui était retrouvailles pour les anglophones sera découverte pour le public francophone, découverte un peu gâchée hélas par une traduction nettement inférieure à ce à quoi Olibris nous avait habitué. Bon, ne boudons tout de même pas trop notre légitime plaisir : ce n'est pas tous les jours que l'on voit sortir une nouvelle monographie d'ouvertures en français...