Nimzo & Queen´s Indian

Top sellers

Viewed products

DEARING - Play the Nimzo-indian View larger

DEARING - Play the Nimzo-indian

0_1_2_3_14_4947

New product

Troisième parution de la série de monographies-répertoires de chez Everyman, après Play the French (3éme édition) de Watson et Play the King’s Indian de Gallagher. Ce volume se distingue dès l’abord de ses devanciers – dont les auteurs bénéficient de réputations flatteuses et bien assises – par le fait que son jeune auteur souffre d’une image de marque un peu écornée, son premier ouvrage (Play the Sicilian Dragon) lui ayant valu une paire de volées de bois vert de la part des deux meilleurs théoriciens de cette ouverture Son deuxième opus (Challenging the Grünfeld) avait quelque peu rectifié le tir, mais il sera tout de même attendu à ce tournant... Reste que le livre étant par nature moins pointu que ses deux devanciers (je parle des deux premiers ouvrages de Dearing, non de ceux de la série), on ne craindra guère d’erreurs d’évaluation ou d’oubli flagrant : l’auteur se contente d’aligner ici une cinquantaine de parties complètes illustrant les lignes par lui sélectionnées, sans tenter de faire œuvre complète ou originale. Ce qui frappe ici est la volonté pédagogique de l’ensemble, allant malheureusement jusqu’à un désir de convaincre à tout prix qui l’a poussé à choisir quasi-systématiquement des victoires noires (le score du premier chapitre est 2-10, et certains des autres sont bien pire...). Ce défaut classique des livres-répertoires est ici poussé à l’extrême, et diminue forcément l’intérêt pratique du livre. Utile tout de même – d’autant que couplé avec le récent Dealing with d4 Deviations, vous voilà déjà nanti des deux tiers d’un répertoire anti-d4 !

More details

22,50 € tax incl.

Add to wishlist

More info

Troisième parution de la série de monographies-répertoires de chez Everyman, après Play the French (3éme édition) de Watson et Play the King’s Indian de Gallagher. Ce volume se distingue dès l’abord de ses devanciers – dont les auteurs bénéficient de réputations flatteuses et bien assises – par le fait que son jeune auteur souffre d’une image de marque un peu écornée, son premier ouvrage (Play the Sicilian Dragon) lui ayant valu une paire de volées de bois vert de la part des deux meilleurs théoriciens de cette ouverture Son deuxième opus (Challenging the Grünfeld) avait quelque peu rectifié le tir, mais il sera tout de même attendu à ce tournant... Reste que le livre étant par nature moins pointu que ses deux devanciers (je parle des deux premiers ouvrages de Dearing, non de ceux de la série), on ne craindra guère d’erreurs d’évaluation ou d’oubli flagrant : l’auteur se contente d’aligner ici une cinquantaine de parties complètes illustrant les lignes par lui sélectionnées, sans tenter de faire œuvre complète ou originale. Ce qui frappe ici est la volonté pédagogique de l’ensemble, allant malheureusement jusqu’à un désir de convaincre à tout prix qui l’a poussé à choisir quasi-systématiquement des victoires noires (le score du premier chapitre est 2-10, et certains des autres sont bien pire...). Ce défaut classique des livres-répertoires est ici poussé à l’extrême, et diminue forcément l’intérêt pratique du livre. Utile tout de même – d’autant que couplé avec le récent Dealing with d4 Deviations, vous voilà déjà nanti des deux tiers d’un répertoire anti-d4 !

Reviews

No customer reviews for the moment.

Write a review

DEARING - Play the Nimzo-indian

DEARING - Play the Nimzo-indian

Troisième parution de la série de monographies-répertoires de chez Everyman, après Play the French (3éme édition) de Watson et Play the King’s Indian de Gallagher. Ce volume se distingue dès l’abord de ses devanciers – dont les auteurs bénéficient de réputations flatteuses et bien assises – par le fait que son jeune auteur souffre d’une image de marque un peu écornée, son premier ouvrage (Play the Sicilian Dragon) lui ayant valu une paire de volées de bois vert de la part des deux meilleurs théoriciens de cette ouverture Son deuxième opus (Challenging the Grünfeld) avait quelque peu rectifié le tir, mais il sera tout de même attendu à ce tournant... Reste que le livre étant par nature moins pointu que ses deux devanciers (je parle des deux premiers ouvrages de Dearing, non de ceux de la série), on ne craindra guère d’erreurs d’évaluation ou d’oubli flagrant : l’auteur se contente d’aligner ici une cinquantaine de parties complètes illustrant les lignes par lui sélectionnées, sans tenter de faire œuvre complète ou originale. Ce qui frappe ici est la volonté pédagogique de l’ensemble, allant malheureusement jusqu’à un désir de convaincre à tout prix qui l’a poussé à choisir quasi-systématiquement des victoires noires (le score du premier chapitre est 2-10, et certains des autres sont bien pire...). Ce défaut classique des livres-répertoires est ici poussé à l’extrême, et diminue forcément l’intérêt pratique du livre. Utile tout de même – d’autant que couplé avec le récent Dealing with d4 Deviations, vous voilà déjà nanti des deux tiers d’un répertoire anti-d4 !